Exécuter la sentence

(...) Quand tous les Véraces furent revêtus de leur combinaison, Ferki les entraîna avec ses partisans vers les montagnes. L’aube se levait, et ils découvrirent un enchevêtrement de rocailles coupantes et de sables mouvants dans lesquels ils risquaient tous de s’enfoncer à chaque pas. Les alliés de Ferki soutenaient les plus vieux ou portaient les enfants. Il fallait faire vite car les autres centuriliens et l’aide de camp abusés devaient déjà être à leur poursuite. Enfin le vaisseau de ravitaillement apparu derrière une colline, les soutes ouvertes, attendant que les Véraces s’y engouffrent rapidement. Six centuriliens pénétrèrent avec les familles qui venaient d’être arrachées au projet sanguinaire des Dirigeants de Dorium. Les autres partisans faisaient déjà demi-tour, prêts à affronter l’aide de camp et ses hommes, protégeant ainsi le décollage du vaisseau. Un jeune couple s’approcha de Ferki alors qu’il donnait les dernières directives au pilote complice.
   « Venez avec nous, implora la jeune Vérace. – Vous allez rencontrer celui qu’on appelle le Messager du Renouveau, continua son compagnon. »
  Le pilote les salua, avec un regard plein de fierté pour Ferki, puis rejoignit la cabine de pilotage.
 Ferki regarda le ventre arrondi de la future mère, et déclara d’un air absent qu’il connaissait déjà Bela Ducan, aussi il crut avoir mal compris quand elle lui répliqua, surprise, que le Messager en question, était beaucoup plus chétif et bien plus jeune.

 *** 
   La session de discipline durait depuis très longtemps. Ferki Suares attendait dans le couloir assis sur une petite chaise encadrée par deux centuriliens au physique encore plus imposant que le sien. Son refus d’exécuter les ordres sur Upsaïs V12 mettait à mal toute l’organisation centurilienne instaurée il y a longtemps par l’ancienne Abak, et fortement remise en cause depuis sa destruction. Les Dirigeants de Dorium s’étaient aussitôt saisis de l’opportunité qu’offrait la désobéissance d’un officier supérieur pour présenter leur propre programme de sécurité appelé le SEI ou « Sûreté des États Intelligents » aux Dirigeants de La Conjonction.
  Le sas d’accès à la session de discipline s’ouvrit enfin. Ferki entra seul. Les six membres de la session le regardèrent prendre place face à eux. Il leur fit le salut officiel. Trois officiers militaires, deux Dirigeants, dont l’un était Losbak Sofanisse et un Juste formaient la session. Tous connaissaient ses nombreux actes de bravoure, et les trois officiers avaient voulu en tenir compte, aussi le débat avait été plus long que prévu.
  Ce fut Losbak Sofanisse qui rendit le verdict :
 « Colonel Suares, suite à votre capture et à celle de vos partisans sur Upsaïs V12, et considérant l’importance du reproche qui vous est fait, nous avons dû faire appel aux Vœux. Ne pouvant s’en empêcher, il ajouta sur un ton outré, vous ne le méritez vraiment pas à mon avis. » Le Dirigeant de Dorium prit le temps de s’éclaircir la voix, et énonça d’un air redondant le cinquième et le sixième Vœu des Unis : « Lors de toute infraction, l’accusé aura le droit d’être confronté à un comité comprenant des Experts et des Dirigeants, où le délit aura été commis ; d’être informé de la nature et des motifs des charges retenues contre lui ; d’être confronté avec les témoins à charge ; de faire citer des témoins à décharge ; et de bénéficier de l’assistance d’un médiateur pour sa défense », puis, « Il pourra être exigé des amendes importantes, d’infliger des peines sévères si le comité des membres unis l’estime salutaire. »
   Ferki ne broncha pas, attendant, impassible, le verdict. Son calme irrita Losbak Sofanisse qui s’imaginait l’avoir déstabilisé. Il passa une main moite, mais aux ongles impeccables sur son front trop lisse.
   « Ferki Suares, continua-t-il, votre désir d’une Centurile assurant je vous cite, « la protection et la sécurité pour chaque État », est honorable, mais il est aussi primordial d’isoler les perturbateurs qui grouillent partout sur Onis, or vous avez organisé la fuite d’une partie de nos travailleurs aveuglés par la cause des frères Ducan. Ils ont fui Upsaïs V12, mais ce n’est qu’une question de temps pour qu’on les ramène, croyez-moi. »
   Le ton ironique du Dirigeant agaça les trois officiers de la session qui n’aimèrent pas que cet arriviste – aussi dynamique soit-il – utilise la devise de leur caste pour faire la leçon à l’un de leurs colonels.
   « Ce n’est pas l’uniforme qui doit vous servir, Ferki Suares, continua le Dirigeant, mais vous qui devez servir l’uniforme. »
   Losbak Sofanisse se régalait en haranguant chaque membre de la session, se voyant déjà à la tête avec son compagnon de la nouvelle planète mère d’Onis. Il reprit :
   « Soyez assuré que vous avez des amis dans cette salle. Puis il annonça fébrile, sous l’égide des Vœux, il vous sera retenu votre solde pour la durée de votre mission sur Upsaïs V12, et vous serez bien évidemment destitué de toutes vos décorations. Vous retournez donc au premier échelon de votre caste, insista-t-il. Il ajouta, sur un ton cynique, qui mit mal à l’aise les trois officiers, votre nouveau supérieur vous annoncera vos prochains devoirs. Vous pouvez disposer, à moins que vous ayez une déclaration à faire. Voyez comme nous sommes ouverts malgré tout. »
   Ferki Suares salua les trois centuriliens, puis posa un regard glacial sur le Dirigeant. Il ne prit pas la peine de lui répondre, et sortit en le laissant toujours plus outré, sous les regards complices des officiers. Les deux gardes l’accompagnèrent aussitôt vers le module qui devait le ramener à la base. On avait pris soin de ne pas rendre publique la rébellion de ce colonel qui avait refusé de suivre les ordres des Dirigeants de Dorium.
   Son nouveau supérieur l’invita à s’asseoir avec lui au mess des officiers, privilège qui lui serait interdit par la suite. Ils burent en silence. Son second verre avalé d’une seule traite, le nouveau colonel tendit une clavisk à Ferki, et lui annonça, un peu embarrassé :
   « Vous partez pour une mission secrète. Voici les instructions et les codes d’identification que vous effacerez aussitôt après en avoir pris connaissance. »
   Seul devant son ordiffuseur, Ferki tapa le code d’accès que lui avait donné son supérieur, puis il cliqua sur l’icône de l’ordre de mission : une carte d’assimilation abakienne apparut sur l’écran. Ferki reconnu le visage tendu de Dylal Darchez devant la façade au jaune éclatant des Nouvelles de Dorium. Une biographie présentait brièvement sa récente promotion en tant que médiateur en chef. Ferki resta pensif devant les mots écrit en gros caractères qui terminaient la présentation : SUSPECTE DE DISSIDENCE. A ISOLER RAPIDEMENT.
   Un peu plus tard, la clavisk finissait de se consumer dans le petit cendrier rutilant posé sur la table, unique mobilier de la pièce avec le lit impeccablement fait. Ferki regardait les morceaux carbonisés se demandant ce qui le poussait encore à vouloir faire partie de la Centurile. Sa carrière était ruinée, il avait perdu tous les privilèges de sa caste, mais on lui laissait une chance de se racheter en échange de la vie de son ami Dylal Darchez.
    Les Dirigeants de Dorium avaient élevé le cynisme en un art où ils avaient fini par exceller.



Extrait Livre II : Destruction et Renouveau - Chapitre 5 : Mutinerie

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire