Je recherche

Une célèbre coalition

La Conjonction d’Onis :

Appelées aussi, d’une manière plus familière par ses habitants, les Unis d'Onis, représente cinquante planètes du système Onis qui se sont alliées, et dont Abak était, avant sa destruction, la planète mère. Grâce à cette alliance, ces planètes se sont enrichies en exploitant les plus prolifiques sites de gisements d’onisium (comme sur Upsaïs V12), en y faisant travailler pour un misérable salaire d’anciens prisonniers débarqués des sites de Contravention ou des dissidents comme les membres de la secte des Véraces. La plupart des Dirigeants des Unis ont détourné cette richesse accumulée pendant plusieurs cycles en investissant sur des planètes vouées aux Féeries*. La langue officielle de La Conjonction est l’abakien et sa monnaie le GNB (fonds monétaire abakien). La bannière se compose de cinquante étoiles aux couleurs des États créés sur ces planètes. Le signe de paix des Unis se fait en deux temps : deux mains contre la poitrine, formant un cercle, puis les deux mains formant un « V » en tendant les bras. L’hymne interplanétaire s’intitule « La bannière du cénacle » et annonce le début des Conventions dans le palais officiel anciennement situé sur Abak.
Rayon Temporel :

Nom de la constante physique utilisée par les Onisiens (habitants d'Onis) pour désigner dans le vide la vitesse de propagation de la lumière. Sa valeur a été fixée à 299 792 458 points* par T.S.* par le Bureau Abakien des mesures.

Procédure Abakienne

Les Experts :
Ce sont des magistrats qui sont à la fois juges et arbitres lors de litiges ou infractions qui remettent en cause les Vœux* régissant la Conjonction*.

Un privilège

Permis de Loisirs : 

Autorisation (ou Passe) permettant de voyager partout dans La Conjonction* lors de ses congés. L’attente pour obtenir un Permis de Loisirs est très longue car la demande a explosé depuis que les Abakiens ont privilégié les divertissements. Ce sont le plus souvent les Grands Penseurs* qui peuvent gagner ces fameux passes, les autres habitants d’Onis, qui veulent devenir Méritants (vacanciers), doivent les acheter très chers.

A vos armes !

Icronde : 

Arme tactique sophistiquée difficile à utiliser mais très prisée par les centuriliens. Ses rayonnements paralysent les parties vitales d’un corps humanoïde ou détruisent des composants électroniques que l’utilisateur sélectionne au préalable.

So long

Momies de Tulbeke :

Appelées familièrement les momies Tulbekes par les habitants d’Onis ; ces deux corps momifiés d’une manière non naturelle sont exposés sur une petite lune appelée Voïgis 3, considérée aussi par les habitants d’Onis comme étant « la planète des Cultures Diverses. » Ces deux corps, celui d’un enfant et d’un adulte très âgé, ont été momifiés d’une manière sophistiquée par la pratique de l’éviscération. Ils auraient plus de 6000 cycles*, estimation faite par Muhiag Tulbeke, le Maître qui a les découvertes et autopsiées. Huit portes majestueuses, mais beaucoup plus petites que celle apparaissant aux Fidèles sur la Lune des Lacs Gelés, sont aussi exposées sur Voïgis 3. Elles sont datées de 580 cycles avant la création de La Conjonction*, et ont été retrouvées sur Abak, comme les deux momies, puis reconstituées et conservées sur Voïgis 3, pour le plus grand plaisir des Méritants*.

Descente infernale

DEUXIÈME PARTIE

Destruction et Renouveau



CHAPITRE III 


LES TRAVAILLEURS DE L’OUBLI 


   Le sentier commençait dès la piste d’alunissage, et débouchait directement sur l’un des derniers gisements détectés par l’une des sondes radiométriques qui survolaient le sol lunaire. Le chemin escarpé s’enfonçait brusquement pour découvrir, plus bas, une immense cavité, où des insectes s’affairaient à sortir d’énormes blocs de roches et à pousser des wagons sur des rails usés. Dylal Darchez aperçut ces petites silhouettes qu’il avait déjà observées plus tôt à son arrivée, et qui basculaient les berlines chargées des débris de roches. Ferki Suarez, précédé de ses visiteurs, annonça, à leur grande surprise, qu’il leur donnait toute liberté pour filmer le site. Il ajouta qu’il se contenterait de veiller à leur sécurité et au bon déroulement du tournage.
      "Salut," dit Dylal en s’approchant d’une des berlines qui venait d’être renversée. 
    Un ouvrier lui tournait le dos, il était vêtu d’une combinaison sans âge et était voûté comme le vieux contrôleur du Cratère. Pourtant Dylal constata que l’ouvrier n’était pas plus âgé que Mack.
      "Salut, répondit le travailleur en hésitant, après avoir reconnu la combinaison des Observateurs
         — C’est une fosse ?" demanda Dylal.
    Il montrait de sa main gantée un abri éclairé par un faible néon d’où il distinguait des batteries. Derrière, les fours barraient l’horizon où de gigantesques cheminées crachaient des flammes d’un vert phosphorescent qui venaient lécher le ciel jaune. 
    Le travailleur au dos fourbu désigna l’arrière du puits où se trouvait, dans un autre abri, la Machine. 
     "Allez voir à l’intérieur, moi j’ai pas le temps de vous montrer," répondit le mineur affairé à son chargement, tout en jetant des regards inquiets aux centuriliens restés en arrière. 
    Dylal appela Mack qui filmait en continu, et tous les deux se dirigèrent sans hésitation vers les vrombissements. Ils grimpèrent à un escalier recouvert de poussière jaune, puis se retrouvèrent à l’intérieur de l’abri. Ferki et deux de ses soldats les suivaient en retrait. Devant les deux médiateurs se trouvait un trou béant qui plongeait dans l’obscurité. Une énorme charpente au-dessus du puits soutenait deux cabines qui faisaient un aller-retour assourdissant dans les entrailles de la lune. Plus loin la Machine grondait, surveillant le bon fonctionnement de ses cages d’extractions, qu’observaient six curieux. Dylal s’approcha d’elle, ne se souciant pas des centuriliens qui le surveillaient. Un machiniste était plongé dans l’examen d’un écran qui représentait le puits et ses différents étages, ainsi que l’endroit où s’était arrêtées les cages chargées de berlines ; le va-et-vient des cages et le remorquage des berlines étaient une torture pour qui n’était pas habitué au fracas ininterrompu. Les berlines vidées retournaient dans les profondeurs, chargées des travailleurs venus remplacer les équipes au fond du trou béant. 

Stupéfiant !

Toxison : 
   
Drogue très prisée sur les planètes de Loisirs, faisant partie des produits de contrebande les plus recherchés avec la contrefaçon des casques à sensations virtuelles. Les personnes qui s’adonnent aux Toxisons, comme Bekky Liz Sembor, sont appelées les Toxiques, vite reconnaissables par leur visage émacié et leurs yeux jaunis après une trop longue consommation. Les contrebandiers trafiquent en général dans la région isolée des Talgunides, où leurs marchandises s’arrachent à des prix exorbitants. Un Toxique peut se faire soigner en urgence dans un hôpital interplanétaire au service des Toxisons, où des ordinateurs-sanitaires lui appliqueront un lourd sevrage, et, s’il survit au traitement, il sera envoyé au centre des Détoxiqués pour une durée de trois symes*.

Fais un vœu !

Les Vœux  (Le nom officiel est Les Vœux des Unis) : 

Ce sont les dix premiers amendements proposés par la caste des Grands Penseurs* pendant le premier cycle de la création de La Conjonction*, ce qui permet aux Dirigeants* de proposer des modifications à une loi. Les Justes* et les Dirigeants font aussi appel à ces amendements lors de conflits à régler ou de décisions importantes à prendre. 

Qui sont les responsables ?

Dirigeant : 
   
Représentant élu par les Grands Penseurs* d’un état ou d’une planète rattachée politiquement et économiquement à La Conjonction*. Les soixante-cinq Dirigeants de La Conjonction imposent un mode de vie unique aux habitants de leur planète. Le couple de Dirigeants de la planète Dorium, amateur d’architecture et de chirurgie esthétique, dicte, par exemple, à chaque changement de cycle*, la prochaine tendance officielle à respecter. C’est Losbak Sofanisse (l’un des Dirigeants de Dorium, âgé de 60 cycles, mais en paraissant 30) qui a dessiné le dernier uniforme que porte les Dirigeants lors des Conventions des Unis*, où sont conviés des mondains (Grands Penseurs, vedettes, militaires officiels ou médiateurs). L’uniforme est en général noir ressemblant à celui des miliciens gradés et porté sous un manteau blanc à large capuchon bordé d’hermine recouvert de médailles et doublé de bleu, aux revers doubles recouvrant les mains, et laissant apparaître des doigts chargés de joyaux précieux. Des gants bleus sont posés à l’avance sur leurs fauteuils au palais des Conventions, et chaque Dirigeant est secondé par un assistant dévoué. 

C'est dans la poche !

Clavisk : 

Support de stockage portatif de fichiers qui se branche sur le port d’un ordiffuseur. 

Une grande lignée

Caste des Grands Penseurs : 

Caste très ancienne créée bien avant la première Convention des Unis* au cycle 267, et destinée à l’origine à l’instruction des quarante Abakiens les plus dévoués à leur planète. Ses quarante membres sont élus par les Dirigeants*, souvent issus de l’ancienne Abak. Les premiers Grands Penseurs étudiaient la littérature, les sciences, les beaux-arts, mais surtout les sciences morales et politiques, et proposaient des projets de lois permettant aux Abakiens de se libérer des instincts et contraintes rudimentaires. Par exemple, les obligations domestiques avaient été très vite confiées à des programmes autogérés. Très influents et respectés, les premiers Grands Penseurs firent prospérer Abak pendant très longtemps, jusqu’à l’émergence fulgurante de La Conjonction*. Un scandale éclata suite à l'affaire du "Climat modifié" : des Grands Penseurs corrompus trafiquèrent les rapports sur le climat d'Abak afin d'influencer la recherche scientifique sur de nouveaux grands marchés économiques ciblés. Le scandale précipita la Caste vers la faillite morale, et l’Ère des Grands Penseurs fit alors place à l’Ère des Candides et à celle du divertissement, accordant une grande place aux enfants et à la satisfaction personnelle. Bientôt, les nouveaux membres de la caste des Grands Penseurs durent se soumettre à de nouvelles préoccupations : la recherche du bonheur à travers des besoins matériels fugaces, telles que la consommation de loisirs (les Permis de Loisirs* devinrent de ce fait gratuits pour cette caste) ou la course à la performance physique. 

Un oeil noir te regarde

Caméra-globulaire :

Appelée aussi Globulaire car elle ressemble à un gros globe oculaire. Appareil très petit (environ un demi-point*) permettant différentes prises de vue animées grâce à son système de pilotage automatique. Elle possède une caméra infrarouge et un gyroscope qui stabilise ses mouvements ou améliore la qualité de l’image. Utilisée autant par les Méritants pendant leurs vacances pour rapporter des prises de vue imprenables des sites de Loisirs, que par les médiateurs pour leurs reportages. 

Précision abakienne

Voir aussi l'unité de mesure abakien. Une syme (une semaine) est une période de sept dyses (jours) consécutives. Un cycle est l'équivalent de notre année terrienne.

Une brève histoire du temps

Le système calendaire abakien est un calendrier cyclique :

Un cycle (un an pour nous pauvres terriens) est un intervalle de temps défini conventionnellement dans le cadre du calendrier abakien et correspondant à la périodicité des cycles-saisons abakiens.

Un cycle-saison est un ensemble de trois myses consécutives.

Une myse (un mois) représente une unité de temps utilisée dans le calendrier abakien correspondant à un douzième de cycle.

Une syme (une semaine) est une période de sept dyses consécutives.

Une dyse (un jour), est un intervalle de temps qui sépare le lever du coucher du soleil abakien.

Un point c'est tout

L’unité de mesure abakien :

Un point (un mètre) est l'unité de base de longueur du système abakien (SA) défini par le Bureau Abakien des mesures.

Un Temps (une minute) est l'unité pratique de mesure du temps. Elle est définie comme une durée de 60 T.S.

Un T.S. (une seconde) est l'unité de mesure du temps du système abakien (SA) défini par le Bureau Abakien des mesures.

Une curieuse créature

Cattiscapir : 

Animal de petite taille, les plus grands spécimens mesurant un tiers de point*, d’origine abakienne ; d'ailleurs, sur Abak, une partie vivait à l'état sauvage, étant délaissés par les Candides (les enfants) quand ils devenaient trop vieux. Caractérisé par une fourrure blanche et de longues oreilles translucides, le cattiscapir est utilisé pour l'agrément. Ses grands yeux interrogateurs, sa particularité de fredonner des airs à la mode, ou d’imiter des sons qui lui sont familiers, en font un animal de compagnie très populaire auprès des enfants, dont les caresses le font se tortiller en riant.