Un serment embarrassant...

(...) Il reconnut la mère de Lian, se rendant compte à ce moment précis qu’il ne lui avait jamais demandé son nom. Il se força à lui parler malgré l’épuisement : 
« Comment vous appelez-vous ? Il continua en prenant le bol, je ne vous connais pas, pourtant votre fils est si familier avec moi. » 
L’Abakienne se figea. 
« Pardonnez mon fils, dit-elle d’une voix tendue. Mais rassurez-vous, ce n’est pas moi qui le pousse à vous idolâtrer à ce point, vous n’êtes qu’un centurilien, après tout. » 
Elle déposa le bol dans les mains d’Amon qui se brûla avec les éclaboussures. Il prit le temps de placer le petit récipient sur le sol de mousse, et lui saisit ses douces mains froides.
« Je ne voulais pas vous vexer, dit-il embarrassé. Après quelques secondes d’hésitation, il ajouta, je suis brutal, pardonnez-moi. J'ai intégré l'ordre Centurile à mon dixième cycle, et accepté par cet acte de foi le serment d'ascétisme. » 
Il lâcha les mains glacées de l’Abakienne qui manqua tomber en arrière tant elle s’était raidie. Tous les deux, confus, se mirent à regarder le bol renversé. Les yeux d'Amon s'attardèrent ensuite sur le pan de la robe bleue d'Ombe qui était en partie déchirée, puis remarqua seulement à ce moment-là qu'elle était pieds nus.
« J’apprécie beaucoup Lian, et j’aurais aimé avoir le temps de mieux vous connaître tous les deux, déclara Amon la voix tremblante, quel est votre nom ? 
– Ombe De Gonos », annonça-t-elle d'un air triste en s’éloignant rapidement, une main agrippée sur la nuque de Lian qui protestait. Amon les regarda se diriger vers le feu, autant surpris par ce nom que par son désir inhabituel de vouloir lier connaissance. Troublé, il entreprit de défaire son attelle comme pour se donner une contenance. Quelques instants après, il entendit un léger craquement. (...)

Extrait Livre I : Abak - Chapitre 6 : Un cantique dans la verdure.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire