Joyaux et poussière

 (...) Nijiskane rampait dans les décombres, avalant la fine poussière des parois dévastées, soulevant des morceaux de fresques où de curieux visages la fixaient. Elle crut un instant reconnaître le regard triste de l’Étranger aux cheveux blancs gravé sur l’une des ornementations. En déplaçant des débris de mosaïques, elle toucha une main qui la saisit. Elle poussa un petit cri de surprise, espérant que cette main glacée ne soit pas celle de l'une de ces créatures hideuses et gémissantes qui erraient dans les couloirs. De toutes ses forces elle tira en reculant pour faire émerger le corps d’un amas de pierres mêlées à des débris d’or et de pierres précieuses. Lian était inerte. Elle se servit de son turban qui s’était recouvert de paillettes multicolores, et nettoya avec douceur le visage couvert de sang. Rassemblant ses dernières forces et rampant en arrière dans le passage qu’elle avait déjà emprunté, écartant les gravats de ses pieds nus, elle réussit à le sortir des décombres en le tenant toujours dans ses bras.  Elle vit l’Étranger aux cheveux blancs qui se tenait non loin de là, immobile sous la neige qui s’engouffrait par les plafonds fissurés. Il observait Nijiskane avec l’enfant dans les bras. Elle le vit s’avancer vers eux, enjambant les gravats et les morceaux de colonnes effondrées, ignorant les débris de toute sorte qui s’abattaient autour de lui. Elle tomba à genoux sans lâcher Lian et, pétrifiée, le regarda s’approcher en silence quand il s'assit à ses côtés. Il posa ses mains sur les siennes en souriant, et une douce chaleur se diffusa tout le long de son bras cassé. Il lui indiqua d’un geste le couloir devant eux, puis l’aida à se relever; L’enfant toujours dans ses bras, elle avança chancelante tandis que les débris cessaient de tomber et que les gravats au sol se transformaient en poussière sous ses pieds nus. Elle progressait vers l’entrée du dôme avec l’Étranger derrière elle et les derniers morts de Pan-Aium qui les suivaient, hagards. Plus aucun obstacle ne vint entraver son chemin.   

Extrait Livre III : Les Vaisseaux-Monde - Chapitre 7 : Le départ

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire