Une porte s'ouvre...

(...) Il resta interloqué devant la forme gigantesque qui se créait dans l’air vif. Ils virent d’abord une sorte de montagne se constituer dans les cendres virevoltantes, puis la forme d’une porte monumentale apparut sur le lac gelé. « On dirait l’une des Portes qui se trouve sur Voïgis 3, la planète des Cultures Diverses », cria Pavic Mader-Am à travers les bourrasques glacées produites par le tourbillon des cendres. Des portes ou plutôt leurs vestiges, se dit Amon, ayant eu l’occasion de contempler ces merveilles ; pourtant, dans son souvenir, il ne se les rappelait pas aussi colossales. Il admira les pierres bleues et dorées qui ornaient les parois de la Porte, et qui brillaient dans la lumière froide de la Lune des Lacs Gelés. Des créatures étaient représentées se dirigeant vers la Porte, et il se sentit honteux en comparant l’une d’elle à Robr Daven. Alors la Porte s’entrouvrit, laissant sourdre une lumière orangée bien saugrenue. Les Fidèles radieux et leurs visiteurs déconcertés s’avancèrent en silence vers le passage, suivit d’Amon Bumer sur ses gardes. La Porte se referma derrière lui dans un bruit sourd. Il porta machinalement la main à son ceinturon, mais son arme n’y était plus. Une galerie au plafond vertigineux les accueillit ; le sol était recouvert d’une chaude poussière rouge, et tout à l’intérieur inspirait un sentiment de bien-être. Les parois ornées de mosaïques multicolores accentuaient la sensation de plénitude. Les paysages qui y étaient représentés baignaient dans une lumière chaude où trônait un astre formé de pierres scintillantes. Chaque Fidèle, posant ses mains glacées sur l’astre d’or, sentait aussitôt son corps transi se réchauffer. Nijiskane et ses compagnons se précipitèrent à leur tour sur l’astre scintillant pour profiter de ses bienfaits. Revigorée, la troupe avança dans la galerie, s’arrêtant devant chaque fresque pour s’extasier de la magnificence d’un si bel endroit. Ils arrivèrent bientôt devant l’entrée de trois passages dont l’un laissait entendre le bruit d’une chute d’eau. Ils se précipitèrent vers ce qu’il leur sembla être une gigantesque cascade. Le vieil Aleb les entendait courir dans le passage tout en s’exclamant, émerveillés de ce qu’ils voyaient. Amon, le cœur battant à tout rompre, avait pris la tête du groupe. Bientôt ils débouchèrent sur l’extérieur, mais le ciel n’était pas menaçant de neige glacée et l’air tiède embaumait le miel. Ils réalisèrent alors qu’ils étaient sous un dôme d’une hauteur phénoménale (...)

Extrait Livre III : Les Vaisseaux-Monde - Chapitre 3 : Une porte s'ouvre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire