Poésie abakienne

Laissons vite le Passé, 
Aux générations nouvelles 
Qui d’un seul battement d’ailes 
Le recouvriront, lassées.
Loin le fracas du Présent, 
Quand on chante les merveilles 
Avec une voix pareille 
On peut parcourir le temps. 
Fuyant les grands cris sauvages 
D’un sol aride, vil, froid 
Elles trouveront la joie 
D’une terre de partage.

Extrait Livre I : Abak - Chapitre 6 : Un cantique dans la verdure.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire